Wirecard

Wirecard AG est une société allemande de services de paiement cotée en bourse, fondée en 1999 et basée à Aschheim près de Munich. En tant que moteur d'innovation pour la technologie financière numérique, Wirecard offre des solutions pour les transactions de paiement électronique, la gestion des risques ainsi que l'émission et l'acceptation des cartes de crédit. En termes simples, cela signifie que lorsqu'un client paie par carte de crédit, l'argent de Mastercard, Visa et autres ne va pas directement au commerçant, mais d'abord à Wirecard, qui transmet ensuite l'argent au commerçant. La carte bancaire rapporte une commission pour la prise en charge du risque et garantit que l'argent parvient au destinataire.
Le cours de l'action de cette entreprise technologique, unique en Allemagne, a, à son plus haut niveau, été multiplié par plus de cent depuis 2005. Début 2009, le cours de l'action se situait encore dans une fourchette à un chiffre de l'euro et a atteint un sommet d'un peu moins de 200 euros. En quelques années seulement, Wirecard est sorti de rien pour finalement rejoindre l'indice des actions allemandes (DAX) en septembre 2018.
Cependant, Wirecard fait l'objet de critiques importantes de la part du marché financier depuis des années. Dès 2008, des premières accusations de manipulation de bilan ont été formulées et de forts doutes ont été émis quant au sérieux et au professionnalisme des structures de l'entreprise.
Depuis le début de l'année 2019, de nouvelles accusations majeures ont été formulées. Il a été question, entre autres, de ventes fictives, de prix d'achat excessifs de sociétés pour enrichir les dirigeants, de prêts dénaturés et d'entrées circulaires via des sociétés aux Émirats arabes unis, aux Philippines et à Singapour.
Dès avril 2019, l'autorité fédérale allemande de surveillance financière (BaFin) avait imposé pour la première fois une interdiction de deux mois sur les ventes à découvert, en raison de soupçons de manipulation du marché, suite à de graves irrégularités dans le cours des actions de Wirecard. Une enquête commandée par Wirecard elle-même et menée par un cabinet d'avocats basé à Singapour a révélé que des employés de cet État insulaire d'Asie du Sud-Est auraient en fait violé les règles comptables.
Compte tenu des critiques en cours, le prestataire de services de paiement Wirecard a commandé une seconde enquête indépendante en plus de la préparation d'un rapport spécial. Lorsque ce rapport spécial a finalement été publié fin avril 2020, le cours de l'action Wirecard a chuté d'environ 40 %, les résultats de l'enquête n'ayant pas permis de dissiper totalement les accusations en question. En particulier, le contexte et l'existence des comptes fiduciaires asiatiques, entre autres, n'ont pas pu être évalués de manière concluante.
La date de publication des états financiers annuels et consolidés de 2019 a dû être reportée une nouvelle fois au 18 juin 2020. Wirecard a été informée par l'auditeur qu'aucun certificat d'audit ne pouvait être délivré, car les preuves d'audit suffisantes de l'existence de 1,9 milliard d'euros dans les comptes bloqués n'étaient pas encore disponibles. En conséquence, le cours de l'action a chuté massivement à plusieurs reprises. Par moments, l'action Wirecard, à 12,99 euros, était aussi bon marché qu'elle l'était il y a huit ans. Au cours de la 25e semaine civile, une action Wirecard s'était encore échangée à plus de 100 euros.
Entre-temps, il est considéré comme certain que, contrairement aux déclarations initiales de Wirecard, les fonds fiduciaires déclarés dans le bilan ne se trouvent pas dans les prétendus comptes fiduciaires aux Philippines. Les banques philippines BDO Unibank et Bank of the Philippine Islands ont annoncé le 19 juin 2020 que Wirecard n'est pas un de leurs clients. Le 22 juin 2020, Wirecard a elle-même annoncé dans le cadre d'une divulgation ad hoc que les 1,9 milliard d'euros qui avaient disparu n'existaient pas avec une "probabilité prédominante".
Selon ses propres déclarations, Wirecard porte plainte contre X. L'entreprise se considère comme possible victime d'une "fraude gigantesque".
 
 Markus Braun, fondateur et, de janvier 2002 à juin 2020, directeur général et directeur technique de Wirecard AG, a démissionné de son poste de PDG de Wirecard avec effet immédiat le 19 juin 2020, selon ses propres déclarations.
Jan Marsalek, membre du conseil d'administration de Wirecard AG depuis 2010, a déjà été accusé il y a un an d'être personnellement impliqué dans le scandale des bilans en tant que responsable des obscures sociétés partenaires tierces. Le 18 juin 2020, le conseil de surveillance de Wirecard AG a libéré le membre du directoire Jan Marsalek de ses fonctions de membre du directoire de Wirecard AG avec effet immédiat et révocable jusqu'au 30 juin 2020. Depuis lors, Marsalek a été licencié sans préavis.
Après la nomination du Dr James H. Freis au poste de Chief Compliance Officer du nouveau département "Intégrité, droit et conformité", sa nomination au poste de PDG par intérim a suivi le jour suivant la démission de Markus Braun.
James Freis avait déjà été nommé au conseil d'administration de Wirecard en mai 2020 afin de dissiper les accusations de mauvaise gouvernance d'entreprise et de manque de conformité chez Wirecard. M. Freis était auparavant, entre autres, chef de groupe chargé de la conformité et responsable du blanchiment d'argent, Deutsche Börse AG, ainsi que directeur (CEO) du réseau de lutte contre la criminalité financière (FinCEN), du Département du Trésor des États-Unis, Washington, D.C., États-Unis
Pour sa part, Bafin a porté plainte contre le PDG Markus Braun et trois autres membres du conseil d'administration de Wirecard dès mai 2020 pour suspicion de manipulation du marché.
Le ministère public de Munich I a alors conduit des enquêtes, entre autres, sur le soupçon que Braun, Marsalek et leurs anciens collègues du conseil d'administration avaient manipulé le cours de la bourse de ce prestataire de services de paiement. "Nous enquêtons sur toutes les infractions pénales envisagées", a annoncé lundi 22 juin 2020 une porte-parole du ministère public de Munich I.
Un mandat d'arrêt a été délivré à l'encontre de M. Markus Braun. Il s'est rendu au bureau du procureur de Munich I dans la soirée du 22.06.2020 et a été arrêté.
Il faudra surtout préciser si les responsables de Wirecard avaient déjà eu connaissance des irrégularités à un moment bien antérieur ; des documents internes de mai 2018 et ainsi que le fait que des enquêtes internes ont déjà été menées en 2018 et qu'une expertise a été commandée à un cabinet d'avocats indien plaident en faveur de cela.
Les sociétés par actions cotées en bourse doivent informer le marché des capitaux si des événements connus en interne sont susceptibles d'influencer le cours de l'action. Il se peut que cela n'ait pas été fait suffisamment avant le 22 juin 2020 ; on peut donc supposer que Wirecard est responsable de dommages et intérêts envers les investisseurs en vertu de la section 97 de la loi sur le commerce des valeurs mobilières (WPHG) (responsabilité pour défaut de fourniture d'informations sur le marché des capitaux). Des poursuites sont déjà en cours devant le tribunal régional de Munich ; une demande a également été déposée pour engager une procédure conformément à la loi allemande sur les affaires types relatives aux investisseurs en capital.
Il est conseillé aux investisseurs, aux actionnaires et aux détenteurs d'autres créances de contacter sans délai Mattil & Kollegen, un cabinet d'avocats spécialisé dans le droit des marchés de capitaux.

PeterMattil

Contact

Peter Mattil
Fachanwalt für Bank- und Kapitalmarktrecht

Email: mattil@mattil.de

Tel.: +49 89 242938-0
Fax: +49 89 242938-25